Les Grottes de Villars

Quelques photos

Grotte de Villars  Grotte de Villars  Grotte de Villars

Grotte de Villars   Grotte de Villars

Grotte de Villars

 

600 mètres de couloirs et de galeries à visiter...

Plan de la Grotte de Villars

Visite virtuelle de la Grotte

Historique de la grotte

"Fin 1953, au soir tombant d’une froide journée d’hiver, une équipe du spéléo-club de Périgueux errait dans les taillis du Cluzeau. 
Sous un pointement de roches vives, se dissimulait un terrier de renard obstrué par des pierres et impénétrable. Un léger brouillard sortait de ce méat, l’indice ne pouvait tromper : il y avait derrière un souterrain qui respirait et par là-même trahissait sa présence. La chatière d’entrée fut dégagée rapidement. Derrière, un couloir sombre plongeait vers l’inconnu : la grotte de Villars venait d’être révélée.
Après avoir aménagé un passage, les découvreurs : Marie Claude FERRES – Yann JEZEQUEL – Robert de FACCIO – Bernard PIERRET et Pierre VIDAL pénètrent avec émotion dans un jardin merveilleux aux allures fantastiques.
En de nombreuses expéditions, les spéléologues vont explorer tout un enchevêtrement de galeries et de salles s’étendant sur plus de 13 kilomètres et plusieurs niveaux.
Cinq ans plus tard, en décembre 1958 une nouvelle découverte allait faire de Villars un sanctuaire : au cours d’une exploration, Pierre VIDAL membre du spéléo-club de Périgueux observe de nombreuses peintures préhistoriques dissimulées sous la calcite : Villars est une grotte ornée
L’abbé BREUIL expertise les peintures et en 1959 la grotte de VILLARS est ouverte au public."

Formation de la caverne de VILLARS

Située sur le versant ouest du massif du Cluzeau, la grotte de Villars est une caverne naturelle. Elle s’est formée dans une roche calcaire, ce qui fait d’elle une caverne « karstique ».  Sa formation commence il y a plus de 150 millions d’années, à l’ère secondaire, plus précisément au « jurassique ». A cette époque, les eaux recouvrent ce territoire que l’on nommera plus tard… la France.

Formation Au fond de l’océan, les dépôts lacustres de sédiments marins, forment lentement une couche de calcaire. Durant des dizaines de millions d’années, les calcaires crétacés se déposent dans la région où nous nous trouvons.

Formation 2 Puis la croûte terrestre se plisse, se gondole sous l’effet du mouvement des plaques continentales. Les Pyrénées et les Alpes se forment et ces nouvelles terres repoussent peu à peu les eaux. Lorsque la mer se retire définitivement apparaissent à l’air libre les couches sédimentaires.

Formation 3 L’ère tertiaire apporte une succession de climats provoquant de fortes érosions. Puis au quaternaire, le paysage actuel prend forme, les vallées se creusent, laissant les alluvions tertiaires sur les sommets des coteaux. De cette lointaine période, il nous reste aujourd’hui les massifs calcaires, ou causses du Lot et du Périgord.
Dès que les calcaires ont émergés à l’air libre, ils ont été soumis à l’action des phénomènes météorologiques, notamment la pluie.
Erosion mécanique, mais également chimique, car en tombant sur le sol au contact de l’humus des végétaux, l’eau se charge en gaz carbonique et devient légèrement acide.

Ces eaux acides dissolvent lentement le calcaire soluble et creusent ainsi des galeries, des cavernes, des gouffres.

Grotte préhistorique ornée

Il y a environ 18 500 ans, les hommes de Cro-Magnon fréquentent le vallon du Trincou et le massif du Cluzeau. Ce sont des chasseurs-cueilleurs nomades.  Ces hommes préhistoriques ont développé un univers culturel complexe qui s’exprime notamment à travers l’expression artistique.

Villars : Grotte ornée Les spécialistes de l’art préhistorique connaissent désormais les techniques appliquées par nos ancêtres pour réaliser leurs chefs d’oeuvre. Les artistes Magdaléniens ont utilisé les parois les plus plates et les plus sèches pour exécuter leurs peintures profitant parfois de la forme de la roche pour donner du relief à leurs représentations.

Dans cette grotte, l’homme préhistorique a utilisé du manganèse (pigment naturel de couleur noire) réduit en poudre et mélangé à un liant, peut-être de la graisse animale fondue.  Il a également employé de l’ocre (roche dont la couleur va du brun au rouge).  Plusieurs techniques d’application ont été employées : application avec le doigt au pinceau de poils ou soufflé en poudre sur la paroi.

A Villars de nombreux chevaux sont représentés, mais on peut voir aussi des bouquetins, des bisons et une représentation humaine.

 

 

Infos pratiques sur le site : http://grotte-villars.com/

 

L. Co. - Juin 2011

Source : grotte-villars.com

 

 


Les photos et vidéos mises sur le site le sont en accord avec les intéressés, si une personne souhaite ne plus y figurer, elle est priée de bien vouloir nous contacter afin que nous fassions le nécessaire. Merci

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×