Les Grottes de Tourtoirac

La perle géologique du Périgord

Grottes de Tourtoirac Découverte en 1995, la GROTTE de TOURTOIRAC émerveille son inventeur, puis ses amis spéléologues. Au fil du temps, l'eau et la nature ont creusé la cavité et l'ont décorée et dessinée en une immense fresque.
En suivant la rivière souterraine, vous serez immergés dans un spectacle d'ombres et de lumières entre colonnes et draperies, excentriques et fistuleuses.

La grotte de TOURTOIRAC a été découverte le 28 Janvier 1995 par Jean-Luc SIRIEIX, un spéléologue de Mussidan. Les travaux d’aménagement ont débuté en Mai 2007 pour l’ouverture le 1er Mai 2010.

La beauté de cette grotte nous a émerveillés...
à visiter vraiment !  (Léon C.)

Retrouvez les infos pratiques sur  :   http://www.grotte-de-tourtoirac.fr/

 Grottes de Tourtoirac      Grottes de Tourtoirac
Nous avons été autorisés à prendre deux photos (ci-dessus) pour Thiviers Jeunesse.

Télécharger le dépliant

 

Les photos du dépliant

  Grottes de Tourtoirac   Grottes de Tourtoirac   Grottes de Tourtoirac   Grottes de Tourtoirac

  Grottes de Tourtoirac   Grottes de Tourtoirac   Grottes de Tourtoirac    Grottes de Tourtoirac

Connaître les grottes

La formation du calcaire :

Le calcaire est une roche sédimentaire dure et peu perméable. Il y a environ 150 millions d’années, au crétacé (ère secondaire), le sud ouest de la France était occupé par un océan. Au fond de l’océan, les dépôts de sédiments marins, c'est-à-dire l’accumulation de sables, de cadavres de poissons, crustacés et coquillages, forment lentement une couche de calcaire.
Durant des dizaines de milliers d’années, les calcaires crétacés se déposent dans la région où nous nous trouvons. Durant l’ère tertiaire, les Pyrénées et les Alpes se forment provoquant la disparition de l’océan.
Les couches sédimentaires se retrouvent alors à l’air libre et subissent une forte érosion due aux variations climatiques, notamment la pluie. Le calcaire est alors soumis à des contraintes tectoniques (mouvement des plaques) ce qui entraîne sa fissuration. Cette roche est parcourue par des fissures plus ou moins importantes, ce qui la rend perméable.
De cette lointaine période il reste aujourd’hui les massifs calcaires, ou causses du Lot et du Périgord.

La formation des cavités :

Au contact du sol, l’eau de pluie se charge en gaz carbonique (CO2) qui se trouve dans ce que l’on appelle l’humus (c’est la couche supérieure du sol contenant des végétaux, de la terre…). L’eau devient alors acide. Cette eau acide s’infiltre dans les nombreuses fissures du calcaire et le dissout lentement. Cette dissolution entraîne un élargissement des fissures permettant à une plus grande quantité d’eau de s’engouffrer, formant ainsi des rivières souterraines. Celles-ci creusent les galeries et provoquent des effondrements à l’origine des différentes salles.

La formation des concrétions :

Stalactites, stalagmites et colonnes Les eaux de pluie s’infiltrent dans le calcaire et contribuent à la formation de concrétions. On entend par concrétions l’ensemble des formations visibles dans une grotte : des stalactites, des stalagmites, des colonnes… La calcite est la roche qui forme les concrétions.

Tout d’abord, l’eau de pluie chargée en gaz carbonique et en calcaire dissout, arrive dans la grotte. Il se produit alors une évaporation du CO2 (qu’on appelle dégazage) ce qui entraine le dépôt du calcaire par précipitation. Ce dépôt se nomme : la calcite (bicarbonate de calcium).

Quand la goutte d’eau arrive au plafond d’une galerie, elle donne naissance à une stalactite. Cette goutte d’eau tombe ensuite au sol et dépose alors la calcite pour former une stalagmite. Lorsqu’une stalactite et une stalagmite se rejoignent, elles forment une colonne. Il faut des milliers d’années avant qu’une stalagmite et une stalactite ne se rencontrent. Les concrétions s’allongent d’environ 0.3 à 1 mm par an.

Les fistuleuses (ou macaronis) sont des stalactites particulières. Elles sont blanches, très fines, creuses et très fragiles.   Exemple de fistuleuse   Leur formation se fait par  cristallisation en voile, autour de la goutte d’eau et ensuite l’écoulement se fait par le canal central.

Exemple de Draperie
Lorsque l’eau s’écoule sur des parois inclinées cela crée des draperies, de longues concrétions pendantes. Ce sont des concrétions fines et translucides qui permettent d’apprécier les différentes teintes que peut prendre la calcite.


Un écoulement continu et une alimentation importante en eau sont à l’origine des coulées de calcite. Exemple de coulée de calcite


La calcite se dépose sur les moindres petits reliefs. Elle forme ainsi une autre concrétion tout à fait originale qu’on appelle les gours ou plus simplement « bénitiers ».

Exemple de gours (bénitiers)

Les concrétions ont une coloration qui va d’un blanc pur à l’orangé foncé, voire au marron. Cette différence de coloration est due à la présence ou non d’impuretés dans les couches que traverse la goutte d’eau avant d’arriver dans la grotte. Lorsque l’eau s’infiltre vite, la calcite est blanche et pure. Si l’infiltration est plus lente, l’eau se charge en oxyde de fer, en argile, pollens ou matières organiques d’où la couleur orange/marron.

 

L.Co. - Juin 2011

 


Les photos et vidéos mises sur le site le sont en accord avec les intéressés, si une personne souhaite ne plus y figurer, elle est priée de bien vouloir nous contacter afin que nous fassions le nécessaire. Merci

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×